Vanuatu - Mobilisation de la France - Déclaration de Laurent Fabius (16 mars 2015) [en]

Vanuatu - Mobilisation de la France - Déclaration de Laurent Fabius (16 mars 2015)

Le cyclone Pam, d’une extrême violence, a dévasté le Vanuatu dans le Pacifique Sud. Le nombre de victimes n’est pas encore connu mais les dégâts matériels sont d’ores et déjà considérables. Plusieurs milliers de personnes sont sans abris. Dans ces circonstances tragiques, mes pensées vont aux victimes, au peuple et aux autorités du pays.

La France a entendu l’appel du président du Vanuatu. Dès dimanche, nous avons envoyé des experts pour participer aux évaluations des besoins des populations. Les forces armées françaises, en lien avec la Croix-rouge et nos partenaires australiens et néo-zélandais, mettent en place, par voie maritime ou aérienne, l’acheminement d’une aide humanitaire d’urgence vers les îles dévastées. Un avion de patrouille maritime est affecté à des missions de reconnaissance aérienne, essentielles en raison de la configuration de l’archipel. A Paris, le centre de crise et de soutien du ministère est mobilisé. Sur place, et malgré des communications difficiles, notre ambassade est en contact avec nos compatriotes et six d’entre eux ont été évacués à Nouméa. Je suis personnellement l’ensemble de ces opérations.

Cette catastrophe survient alors que se tenait, à Sendai, la conférence mondiale des Nations unies sur la prévention des risques de catastrophes. On sait que 70% des catastrophes dites naturelles sont liées au dérèglement climatique. Le cyclone Pam constitue un nouveau cri d’alarme pour que la communauté internationale prenne ses responsabilités.

Agir pour le climat, c’est d’abord protéger les populations les plus vulnérables. Plus que jamais, nous sommes face à l’urgence. Tout doit être fait pour que la conférence de Paris sur le climat permette un accord ambitieux.

Dernière modification : 17/03/2015

Haut de page