Témoignages des lauréats des Bourses ANSTO Ambassade de France (SAFE) 2014

L’Organisme National Australien pour la Science et la Technologie Nucléaire (ANSTO) et l’Ambassade de France en Australie co-organisent un programme de bourse visant à faciliter l’échange d’étudiants ou de jeunes chercheurs vivant en France ou en Australie et travaillant dans le domaine des sciences et technologies du nucléaire appliquées aux sciences de la vie. Deux lauréats du programme 2014 témoignent.

JPEG
Florian BUSSO
Inscris l’an dernier en deuxième année de Master dans le domaine de l’imagerie médicale, à l’université de Strasbourg, c’est dans le cadre de mon stage de fin d’étude que j’ai participé à la première édition du Scholarship Ansto French Embassy (SAFE).
Je suis arrivé à Sydney au milieu du mois de Mai et je suis rentré en France à la toute fin du mois de Septembre (le 30 exactement). Au cours de cette période j’ai travaillé dans l’unité Life Sciences d’ANSTO, dirigée par Marie-Claude Grégoire et j’ai été supervisé tout au long de ce stage par Anthonin Reilhac. Le sujet était ainsi nommé, « Segmentation et recalage de séquences d’images TEP-TDM du petit animal ».

En résumé, l’imagerie TEP pré-clinique permet d’étudier les échanges, variations et mécanismes biologiques sur des modèles animaux contrôlés. L’analyse de ces images TEP revient à observer la distribution spatio-temporelle de la radioactivité dans le corps ainsi que sa concentration. L’extraction de ces courbes nécessite l’utilisation de régions d’intérêt définies à partir de l’image TEP et TDM. La définition manuelle de ces régions est fastidieuse et sujette à erreur, les méthodes automatiques présentent de ce fait de nombreux avantages. Le travail effectué durant ce stage était porté sur la définition et l’implémentation de la méthodologie d’optimisation et de validation des méthodes automatiques utilisant des données simulées, ainsi que la comparaison de leurs performances.

Ces quelques mois de stage m’ont permis d’approfondir mes connaissances sur deux techniques d’imagerie fondamentales, de consolider mes connaissances dans le domaine du traitement d’image, notamment par l’utilisation d’outils nouveaux et surtout de réaliser leur importance dans ce domaine.

Cette expérience internationale aura été pour moi très bénéfique, tant sur le plan professionnel que personnel et j’en garderai de très bons souvenirs.

JPEG
Marie-Paule GARCIA
La bourse SAFE m’a permis d’effectuer un séjour de 8 mois au sein d’ANSTO dans l’équipe LifeSciences de Marie-‐ Claude Grégoire, sous la tutelle d’Anthonin Reilhac. Ce fut une très bonne expérience à la fois personnelle et professionnelle. J’ai pu découvrir l’organisation d’une équipe multidisciplinaire composée à la fois de méthodologistes et d’expérimentalistes dans le domaine de la physique médicale et de la biologie qui sont deux domaines très complémentaires.

J’ai eu l’occasion au sein de cette équipe de compléter mes travaux en cours grâce au nouveau regard apporté par les chercheurs de LifeSciences et également de développer de nouvelles compétences en travaillant sur la création d’une base de données simulées préclinique. Tout au long de mon séjour, des échanges réguliers ont eu lieu entre l’INSERM UMR 1037 à Toulouse et ANSTO. Les compétences de chaque équipe se sont avérées très complémentaires et des publications sont en cours de finalisation. Une première publication sur le développement de la base de données préclinique va être soumise à NeuroImage. La base de données va être hébergée sur les serveurs de la RDSI auprès de laquelle nous avons fait une demande qui a été acceptée début 2015. La RDSI s’occupe actuellement de la mise en place de la base de données. L’idée de cette base est de fournir une vérité terrain à tous les chercheurs travaillant dans le domaine de la recherche méthodologique en TEP (Tomographie par Emission de Positons) préclinique. Cette base de données sera donc téléchargeable gratuitement par toute personne intéressée à travers le site d’ANSTO. De plus, une seconde publication est en cours d’écriture sur une méthode Bootstrap pour la génération de données réalistes TEMP (Tomographie d’Emission MonoPhotonique) et TEP. Cette publication permettra de valider la méthode mise en place dans le projet DosiTest de l’INSERM UMR 1037 que j’avais développé avant mon arrivée à Sydney. Nous envisageons de soumettre ce papier à Transactions on Medical Imaging (TMI). NeuroImage et TMI sont deux journaux reconnus internationalement dans le domaine de l’imagerie médicale avec tous deux de forts facteurs d’impact.

C’était la première fois que cette bourse était proposée à de jeunes chercheurs français. Je suis ravie d’avoir eu l’opportunité d’obtenir ce financement et de découvrir Sydney. En tant que chercheuse post-‐ doctorale, cette bourse a été un très bon complément à mon salaire français. En effet, le coût de la vie en Australie est pour beaucoup de choses bien supérieures au coût de la vie en France. Le logement par exemple est bien plus cher, c’était donc très confortable pour moi d’avoir obtenu ce financement supplémentaire.

En conclusion, je garde de très bons souvenirs de cette expérience. Les personnes de
LifeSciences ont été très accueillantes et ce fut un plaisir de travailler en leur compagnie. Je tiens en particulier à remercier les gens à l’initiative de cette bourse ainsi que Marie-‐ Claude Grégoire, Anthonin Reilhac et Arnaud Charil pour avoir été d’une grande aide au sein du laboratoire mais également pour avoir facilité ma vie australienne.

Dernière modification : 09/10/2015

Haut de page