Remise de la Légion d’Honneur à M. David Baffsky (30 avril 2012) [en]

M. David Baffsky, président d’Ariadne Australia Limited et président d’honneur d’Accor Asie Pacifique, a reçu, lundi 30 avril 2012, des mains de l’Ambassadeur de France en Australie, Son Excellence M. Stéphane Romatet, les insignes de Chevalier de l’Ordre National de la Légion d’Honneur.

David Baffsky - JPEG

Mr. David Baffsky portant les insignes de Chevalier de l’Ordre de la Légion d’Honneur

L’ Ambassadeur de France en Australie, S.E. M. Stéphane Romatet a tenu un discours à cette occasion.

Cher David,

Il y a aujourd’hui un moyen très simple de savoir à qui on a affaire : il suffit de taper un nom sur Google et de pouvoir apprécier aussitôt la notoriété d’un individu.

Je me suis livré, pour ce qui vous concerne, à cet exercice. Le résultat est éloquent : votre nom, cher David, est référencé à 5,530 reprises sur Google.

Nous avons donc à faire ce soir à quelqu’un d’importance.

Je vais essayer d’aller plus loin dans la démonstration et tenter de répondre à deux questions :
1- Pourquoi David Baffsky est-il un homme d’importance, un homme de qualité, au sens Français du terme ?
2- Mais pourquoi donc David Baffsky mérite-t-il d’être décoré de la plus haute distinction française, la légion d’honneur ?

Votre parcours, David, est exemplaire et c’est cette exemplarité que je voudrais souligner ce soir.

I – Exemplarité dans votre carrière de grand dirigeant d’entreprise.

Juriste de formation, fondateur d’un cabinet d’avocats, manifestement le métier juridique ne convient pas tout à fait à votre soif d’action, à votre volonté de construire et de développer. Vous êtes en réalité un bâtisseur, un développeur.

Ce goût de la réalisation vous amène très vite, parallèlement à vos fonctions, à la tête de votre firme de conseils juridiques, à diriger une société spécialisée dans le développement immobilier, la Citistate Corporation Development Limited.

Votre premier grand coup, votre première réalisation majeure, c’est le développement de Darling Harbour avec le projet d’hôtel Novotel. C’est déjà pour vous une première connexion avec Accor.

Il m’a été dit que vous avez en outre une responsabilité essentielle dans la réalisation du Sydney Olympic Park, grâce au complexe hôtelier de Homebush Bay.

J’imagine, cher David, la fierté qui doit être la vôtre d’avoir ainsi pu contribuer directement à deux opérations urbaines majeures qui façonnent la ville de Sydney. Je pense que dans la vie d’un homme, dans la trace que chacun d’entre nous entend laisser, il ne peut pas y avoir de plus grande satisfaction que d’avoir modelé un espace urbain.

Mais cela ne vous suffit pas encore. Il vous en faut plus. Et alors ce sera le tourisme, l’hôtellerie. Vous y consacrez l’essentiel de votre carrière depuis plus de 25 ans. Ce sera l’ouverture du Club méditerranée en Australie. Et ce sera le formidable succès du Groupe Accor Asie-Pacifique que vous aurez présidé pendant plus de 15 ans.

David, j’ai déjà eu la chance de vous rencontrer longuement il y a quelques semaines. Avec Ian Alexander, le directeur général de ce superbe hôtel dans lequel vous nous recevez ce soir, vous m’avez raconté votre histoire, les étapes de votre vie. Vous êtes d’un naturel modeste.

Mais ce soir, je voudrais qu’une seule fois vous acceptiez de ne pas être trop modeste. Regardez ce que vous avez fait d’ Accor : combien d’hôtel Accor aujourd’hui ; comparé au nombre existant lorsque vous avez commencé votre parcours dans le Groupe ? David, c’est très simple : vous avez fait d’ Accor, ce grand groupe français aux enseignes prestigieuses, le premier groupe hôtelier en Australie et en Asie-Pacifique. Ne soyez pas timide : c’est votre œuvre à vous.

Mais vous n’êtes pas seulement un grand dirigeant d’entreprise.

II- exemplarité dans votre engagement social.

Il est pratiquement impossible de dresser la liste complète de toutes vos activités sociales. Je pense qu’il serait plus simple de lister ce dont vous ne vous occupez pas.

Dans cette longue liste, je voudrais évoquer deux points, parce qu’ils me tiennent à moi aussi à cœur :

a)Votre engagement en faveur des arts et de la culture. Vous soutenez activement l’ Art Gallery of NSW ainsi que le Contemporary Art Museum dont la réhabilitation est un grand succès. Vous m’avez dit que vous êtes un grand amateur d’art français. Ce n’est pas la raison principale qui nous amène à une décoration de la légion d’honneur mais disons que cela ne nuit pas !

Je voudrais aussi saluer le soutien essentiel que vous avez accordé à la librairie nationale du NSW pour la numérisation de ses fonds de bibliographie. Les livres sont comme les bâtiments : c’est ce qui nous survit et je vois dans votre engagement cette nouvelle preuve de votre désir de léguer dans la durée.

b)je voudrais aussi mentionner, parmi tant d’autres engagements, votre combat en faveur de l’insertion des Aborigènes et aussi des réfugiés. Vous participez activement au National Indigenous Leadership Group que vous avez co-présidé. Vous siégez aussi au Board de CARE Australia, organisme qui s’occupe de l’accueil des réfugiés. Il est assez rare que de grands dirigeants d’entreprise donnent ainsi de leur temps, leur énergie, leur argent pour des causes aussi nobles. Tout ceci est à votre honneur.

III- Mais quid de la France ?

d’abord, vous connaissez très bien et vous appréciez beaucoup visiter et découvrir mon pays. Vous l’appréciez d’ailleurs au point que vous avez récemment parcouru la France à travers ses canaux sur une péniche. Je ne suis pas sûr que c’était une péniche Sofitel 5 étoiles, ce qui démontre, si besoin, votre ouverture d’esprit vers des formes de tourisme plus rustiques.

vous êtes aussi un passionné de rugby, vous me l’avez dit. Mais là, je vais être franc avec vous : nouveau chevalier de la légion d’honneur, vous avez maintenant l’obligation d’être un supporter fanatique de l’équipe de France et vous devez abandonner votre soutien aux Wallabies. Il faut d’ailleurs toujours faire le choix du plus fort.

Et enfin, et peut-être surtout, c’est grâce à vous qu’ Accor, ce grand groupe français, leader mondial de tourisme et d’hôtellerie, a pu prendre une telle place en Asie. Cela vaut certainement la Légion d’Honneur. Mais cela vaut surtout notre gratitude et la reconnaissance de la France.

David Baffsky,
Au nom du Président de la République et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous vous faisons Chevalier de la Légion d’Honneur.

D. Baffsky and S. Romatet - JPEG

L’ Ambassadeur de France S.E.M. Stéphane Romatet et M. David Baffsky

Mis à jour le 07/05/2012

Dernière modification : 05/06/2012

Haut de page