Relations bilatérales de défense

L’engagement historique des forces françaises et australiennes côte à côte au cours des principaux conflits du siècle passé est un des éléments fondateurs de notre coopération de défense. Le souvenir du sacrifice commun a permis l’établissement de relations bilatérales de plus en plus régulières entre la France et l’Australie.

La coopération franco-australienne est multiforme ; elle s’exerce dans un cadre bilatéral aussi bien qu’au sein des organisations internationales, et repose sur un engagement régional en faveur de la sécurité et de la stabilité ainsi que sur des échanges réguliers au niveau stratégique, opérationnel et tactique. Le soutien de la France aux démarches multilatérales de l’Australie est constant.

Le bon niveau de nos relations se manifeste plus particulièrement à travers la coopération régionale. La présence de troupes françaises dans le Pacifique favorise des contacts réguliers et de bonne qualité entre les forces armées de France et d’Australie. Cela va des opérations d’assistance humanitaire (accords FRANZ) à la surveillance des pêches, d’ exercices conjoints en Nouvelle-Calédonie (Croix du Sud) à la participation des forces françaises dans des exercices régionaux australiens (Pitch Black, Kakadu).

La coopération militaire repose sur l’institution de rencontres régulières entre les états-majors depuis 2001 ainsi que sur des réunions politico-militaires. Ces consultations régulières sont complétées par des visites d’autorités militaires, civiles et industrielles du secteur de la défense qui, tout comme les escales de navires français dans les ports australiens, permettent le maintien d’un haut niveau de coopération entre la France et l’Australie. Une fois ratifié par les Parlements, l’Accord de Coopération et de Défense signé en décembre 2006 constituera le cadre de nos activités réciproques pour un approfondissement des relations militaires bilatérales.

La présence conjointe en Afghanistan est un autre facteur de rapprochement opérationnel. L’Australie est le premier contributeur non-OTAN à la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) en Afghanistan.

Enfin, la signature de contrats d’armement entre des entreprises françaises et les forces armées australiennes témoignent des perspectives commerciales prometteuses dans ce secteur pour les entreprises qui savent développer leur implantation locale ainsi que de la qualité reconnue des équipements militaires français.

Une relation de confiance s’est développée entre la Délégation Générale pour l’Armement (DGA) française et la Defence Materiel Organisation (DMO) australienne qui coopèrent efficacement dans la conduite des programmes visant à équiper les forces armées des deux pays de matériels similaires, en particulier dans le domaine des hélicoptères (Tigre, NH/MRH 90).


Après sa visite en Nouvelle-Calédonie, le ministre de la Défense, M. Hervé Morin, s’est rendu les 16 et 17 septembre 2008 en Australie, où il a rencontré son homologue M. Joel Fitzgibbon.
Lors de la réunion, les ministres ont discuté du progrès des négociations sur un arrangement mutuel de soutien logistique qui sera signé, dès ratification de l’accord de 2006 sur la coopération de Défense entre les deux pays. M. Hervé Morin a expliqué que cet accord permettra « à l’Australie de faire de la Nouvelle-Calédonie une base logistique et de soutien pour l’ensemble des moyens australiens sur la zone, notamment les moyens maritimes ». Cette base en Nouvelle-Calédonie « sera le moyen d’accroître notre coopération avec l’Australie » a précisé le ministre de la Défense.

Dernière modification : 15/02/2011

Haut de page