Exposition Napoléon à Melbourne, jusqu’au 7 oct. 2012

JPEG

Soirée d’inauguration de l’exposition Napoleon : Revolution to Empire. ©National Gallery of Victoria

Discours de S.E. M. Stéphane Romatet, Ambassadeur de France en Australie, lors de l’inauguration de l’exposition "Napoleon : Revolution to Empire" à la National Gallery of Victoria le 31 mai 2012.

Il est toujours compliqué et paradoxal pour un ambassadeur de France d’évoquer la mémoire, d’honorer l’héritage de Napoléon Bonaparte, l’Empereur des Français.

Mais Napoléon appartient au monde autant qu’il appartient à la France.


C’était il y a juste 200 ans. Deux petits siècles à l’échelle du temps. 31 mai 1812 : c’est le début de la campagne de Russie ; cette gigantesque marche vers l’Est avec la plus grande armée jamais alors assemblée : 600 000 soldats sous la bannière de l’Empereur. Mais ce sera aussi surtout le début de la fin, l’amorce de la chute avec la débâcle de la Campagne de Russie.

JPEG

L’Ambassadeur de France, S.E.M. Stéphane Romatet, à l’inauguration de l’exposition Napoleon : Revolution to Empire. ©National Gallery of Victoria

31 mai 2012 à Melbourne, deux siècles plus tard, vous commémorez Napoléon, ce génie universel. S’intéressant à tout, voulant être maître du monde, il était donc naturel qu’il s’intéressât aussi à l’Australie. Il envoya ici ses explorateurs, scientifiques, ses botanistes. Baudin, Freycinet, d’Entrecasteaux : ces noms sont célèbrent en France. Ils sont profondément associés à l’épopée napoléonienne. Ils vinrent sur ces rivages, pénétrèrent vos terres. Ils nommèrent d’ailleurs ce pays « Terre Napoléon ».

Il s’en est fallut vraiment de peu pour que cette terre fût française : vous auriez pu être terre d’Empire ; vous avez préféré demeurer terre de monarchie ; vous auriez pu hisser le drapeau tricolore mais vous gardez l’Union Jack.

Cette exposition vient nous rappeler la réalité de cette relation spéciale qui unissait la France napoléonienne à l’Australie.

Je la parcourrai avec émerveillement mais aussi avec nostalgie, en me ressassant cette lancinante question : « que se serait-il passé en Australie si Napoléon avait fini le travail ?

JPEG

Soirée d’inauguration de l’exposition Napoleon : Revolution to Empire. ©National Gallery of Victoria

JPEG

Un visiteur regarde le Tableau de Monsiau Louis XVI donnant des instructions à La Pérouse (1817). ©National Gallery of Victoria

Dernière modification : 18/09/2014

Haut de page