Cérémonie de passation de pouvoirs discours du ministre des Affaires étrangères, M. Laurent Fabius (Paris, 17 mai 2012)

Monsieur le Premier Ministre, Cher Alain Juppé,

En fonction des résultats électoraux, les pouvoirs passent mais les intérêts de la France demeurent. Nous avons dans nos parcours respectifs suivi des chemins qui présentent quelques analogies. Je ne parle pas des analogies qui font la joie des caricaturistes, mais des analogies de fond.

Fabius et Juppé

M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires Étrangères, et M. Alain Juppé. ©MAE/F. de la Mure

Ce que j’ai lu de vos déclarations me fait penser que ce poste à la tête de ce ministère prestigieux - qui, on l’a noté, est dans le gouvernement actuel le premier - est probablement celui que vous avez le plus aimé. Je pressens qu’il en sera de même pour moi parce que les affaires internationales sont aujourd’hui déterminantes. Tout ou presque est international et cette maison doit remplir un rôle majeur parce que les crises sont là, sans cesse, et qu’il nous appartient, que ce soit des crises latentes, comme en Europe, ou ouvertes, comme dans d’autres parties du monde, d’y apporter des éléments de solution.

Je pressens que j’aimerai cette maison aussi parce que - je tiens à le dire en en prenant la direction avec les ministres délégués qui seront à mes côtés – c’est une maison composée de femmes et d’hommes d’un professionnalisme, d’un sens du service public remarquables. Je compte bien m’appuyer sur toutes et tous pour remplir la tâche que le président de la République et le Premier ministre m’ont confiée.

Equipe Fabius

Mr Pascal Canfin, Ministre délégué chargé du Développement, Mme Yamina Benguigui, Ministre déléguée chargée des Français de l’étranger et de la Francophonie, M. Bernard Cazeneuve, Ministre délégué chargé des Affaires européennes, M. Laurent Fabius, Ministre des Affaires Étrangères, M. Alain Juppé, M. Jean Leonetti et M. Edouard Courtial. ©MAE/F. de la Mure

Et puis il y a aussi le plaisir, l’enthousiasme, même, à entrer dans cette fonction parce que je sais qu’elle est, vous l’avez souligné, en ordre de marche.

Vous allez maintenant, si je l’ai bien compris, retourner dans votre très belle ville, mais je sais que l’avenir est ouvert.

Jaurès n’a jamais été ministre ; donc jamais ministre des Affaires étrangères. Mais dans son magnifique discours de 1903 que chacun, bien sûr, a en mémoire, le discours à la jeunesse prononcé à Albi. Quand il définit le courage, il dit - la formule est bien connue, mais un passage, peut-être est plus intéressant et moins connu - : « Le courage, c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel ». Ici, c’est nécessaire. Et il ajoute - et je dis cela à votre attention - : « le courage, c’est d’agir et de se donner aux grandes causes sans savoir quelle récompense réserve à notre effort l’univers profond, ni s’il lui réserve une récompense ». Et il termine en disant : « le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ».

Cour quai d'orsay

Cérémonie de passation de pouvoirs d’Alain Juppé à Laurent Fabius. ©MAE/F. de la Mure

Nous n’avons pas les mêmes options politiques, mais sur des questions majeures nous pouvons nous retrouver, et je sais que nous nous retrouverons. Je vous souhaite donc, dans votre vie qui commence, tout le succès que vous méritez et beaucoup de bonheur personnel.

A tous les agents, ici présents ou représentés, je dis que j’essaierai de mener à bien la mission qui est la nôtre, c’est-à-dire à la fois exercer l’influence qui doit être celle de la France et lui donner sa cohérence sans laquelle rien n’est possible.

Cher Alain Juppé, merci de votre accueil cordial, amical, je vous souhaite beaucoup de succès dans le futur.

Merci.

Mis à jour le 18/05/2012

Dernière modification : 18/05/2012

Haut de page